05/01/2010

La province de Taounate: Les inondations paralysent l'agriculture

Les pluies torrentielles, qui se sont abattues pendant plusieurs jours sur la région de Taounate, ont provoqué d'importants dégâts. Des productions fruitières sont totalement détruites, des cultures fortement compromises et des exploitations envahies par les eaux du Oued Sebou notamment à Kariat Ba Mohamed.
Au Douar Oulad Safa Bni Snouss, des agriculteurs estiment que près de 100 ha de terres cultivées ont été inondés et plusieurs cultures endommagées à cause de la crue du Oued Sebou. «Le travail de plusieurs semaines voire de plusieurs mois, est aujourd'hui anéanti. Il faut re-labourer et replanter pour sauver une partie de la saison agricole.
Mais faute de moyens financiers, cela est impossible sans l'appui des autorités locales et le ministère de l'Agriculture sachant qu'il y a des agriculteurs qui ont perdu 100% de leurs récoltes et se retrouvent à la merci des créditeurs», indique un propriétaire d'une exploitation agricole de la région. Pour lui, ce scénario catastrophe se renouvelle chaque année avec la saison des pluies et expose les différentes communes et les exploitations à proximité des oueds, notamment Oueds Sebou et Ouargha, aux risques graves des crues et d'inondations si des aménagements adéquats ne sont pas réalisés.

En fait, la crue d'une partie du Oued Sebou, traversant la région ou d'un de ses affluents, se forme selon un agronome de la délégation de l'Agriculture, lorsqu'une grande quantité de pluie tombe sur le bassin versant. Elle provoque une montée des eaux, plus ou moins rapide en fonction de l'intensité de la pluie, de sa durée et de l'état de saturation des sols. Et c'est quand les niveaux d'eau des affluents ou du oued dépassent la hauteur des berges que l'eau déborde alors dans la plaine et provoque des inondations.
«Pour limiter les débordements, il faut, entre autres, installer des digues de protection, reboiser des bassins versants.

Mais, un plan d'action et de prévention des inondations et des crues s'impose aujourd'hui avec acuité avec notamment un plan d'appui aux agriculteurs et à la population des régions à risque, qui sont souvent livrés à eux-mêmes pendant un bout de temps avant que les premiers secours n'interviennent et que les autorités compétentes ne viennent prendre la mesure des dégâts», précise t-il.
Ceci étant, il y a lieu de noter que suite aux pluies torrentielles qui ont paralysé pendant quelques jours la région, les autorités locales de la province et les services techniques compétents se sont mobilisés pour dresser un bilan exhaustif des pertes. Un rapport de la province de Taounate, arrêté à fin décembre 2009, indique que les inondations de Oued Ouargha au niveau de Hajria et Mezraoua ont provoqué la perte de quelque 220 arbres d'agrumes, la destruction de 140 tonnes de clémentine et l'endommagement de la canalisation, du matériel de pompage et des gaines goutte-à-goutte au niveau d'une seule exploitation.

Les intempéries ont provoqué, entre autres, des perturbations des circulations au niveau des routes reliant plusieurs communes rurales au cercle de Rhafsai, à Taounate et au douar Beni Ahmed, la coupure d'électricité au niveau de la prison locale Aïn Aïcha à Tissa et l'endommagement d'un pont alors que plusieurs établissements scolaires et bâtiments ont été submergés par les eaux pluviales à Taounate.
«La direction provinciale de l'équipement est intervenue au niveau du pont Anoual endommagé, le courant électrique alimentant la prison locale Aïn Aïcha à Tissa a été rétabli.

L'alimentation en eau potable des habitants du centre Bouhouda est également assurée par camions citernes et la circulation est fluide au niveau du réseau routier provincial», explique-t-on à la province de Taounate. Un comité de veille est institué au siège de la province pour pouvoir poursuivre de très près la situation au niveau de la région et pouvoir intervenir à chaque fois qu'il est nécessaire pour apporter l'aide et les conseils aussi bien à la population qu'aux équipes déployées sur le terrain. Cela dit, aucun chiffre n'est avancé par les autorités locales concernant le montant des pertes occasionnées par les inondations ou le budget à mettre en place pour remettre en état les zones endommagées sachant que tous les agriculteurs touchés par les inondations comptent beaucoup sur l'appui de l'Etat.

Et il y a urgence, un nombre important d'exploitations est à remettre en activité
le plus rapidement possible pour sauver la saison et venir en aide aux agriculteurs
qui s'endettent souvent pour pouvoir cultiver leurs terres et planter des arbres.
-----------------------------------------------------------------
Une caravane médicale contre le froid
Près de 1.622 habitants des communes de Ouadka et Arotba ont bénéficié des services d'une caravane médicale, organisée par les autorités locales de la province de Taounate.
Cette initiative qui s'inscrit dans le cadre des mesures préventives prises au niveau de la province afin d'atténuer les effets de la vague de froid au niveau des communes les plus exposées à ce phénomène naturel, est organisée pour la troisième année consécutive, en coordination avec les délégations régionales de l'Education nationale et de la Santé et l'Association des œuvres sociales de la province.
La caravane constituée cette année de 10 médecins généralistes et spécialistes et de 21 infirmiers, a distribué gratuitement des médicaments à la population et a dispensé, selon un communiqué de la province, plusieurs examens médicaux en médecine générale et en chirurgie dentaire et a permis la vaccination de 23 personnes contre la grippe porcine. Il s'agit de vaccination surtout des femmes enceintes de plus de 4 mois, des enfants âgés entre 6 mois et 23 mois et des malades atteints de l'asthme, du diabète, de l'hypertension artérielle et de l'insuffisance rénale. Dans le cadre de l'opération «Mains propres», de lutte contre la grippe porcine en milieu scolaire, il y a eu lors de cette caravane, le lancement de l'opération de distribution de 422 citernes en plastique, acquis par l'Académie régionale de l'Education et de la Formation de la région Taza-Al Hoceima, aux établissements scolaires au niveau de la province non encore raccordés au réseau d'eau potable.
www.lematin.ma